Normes biologiques

Existe-t-il des normes de référence internationales ?

Oui, le milieu de l'agroalimentaire biologique se réfère au Codex Alimentarius, édité par l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), dont les normes sont appliquées internationalement à tous les stades de la chaîne de production, du champ jusqu'au linéaire des magasins.

Quelles sont les différences entre les normes biologiques québécoises, canadiennes, américaines et européennes ?

Le 1er janvier 2012, le Québec a adopté les exigences techniques (CAN/CGSB-32.310-2015) et la liste des substances permises (CAN/CGSB-32.311-2015) utilisées dans le cadre du Régime Bio Canada  dans le but de simplifier le fardeau administratif des entreprises voulant obtenir une certification biologique pour leurs produits.

Les normes américaines sont des normes plafonds/planchers qui définissent donc à la fois un maximum et un minimum à respecter. Les listes d'intrants, par exemple, indiquent les produits naturels interdits et les produits synthétiques autorisés, ce qui est aussi une approche particulière. Finalement, les règles d'étiquetage sont différentes de ce qui se fait ailleurs dans le monde.

Les normes européennes sont en général plus détaillées que celles du Québec, du Canada ou des États-Unis, notamment au niveau des productions animales et de l'environnement.

Le document Aperçu de la certification et des normes biologiques nationales à travers le monde publié par le CAEQ permet de mieux cerner ces différences.